Le cycle de la vie

Si vous êtes comme moi, tombés un peu par hasard sur l’adieu de Axel Kahn sur BFM TV, vous avez surement écoutés avec attention les mots de cet homme, atteint d’un cancer incurable, parler avec sérénité de sa mort dans un futur proche.

Le président de la Ligue nationale contre le cancer y aborde sa mort sans peur et sans regret, j’ai trouvé ce témoignage à la fois émouvant et grandissant.
Pour ceux qui voudrait une séance de rattrapage, suivez ce lien vers le site de la chaîne.

La mort, nous y avons été confronté depuis maintenant plus d’un an, cette étape de la vie qui nous paraissait éloignée s’est révélée à nous avec la pandémie. On a redécouvert qu’à partir de 50 ans, on était vraiment beaucoup plus à risque de tomber malade et de mourir, et cela même pour les plus jeunes. À une époque ou l’on vit, les yeux rivés à des écrans, où l’on a, une vie virtuelle qui nous fait finalement oublier nos soucis de la vie du quotidien, on perd parfois le sens des réalités.
La pandémie et les confinements nous ont rappelé que les petits bonheurs du quotidien que l’on ne remarquait plus, sont importants, que toutes ces soirées et ces diners auxquels nous allions sans même plus savoir pourquoi, sont une forme de célébration de la vie.
Ce n’est finalement que lorsque l’on est privé d’une liberté qu’on réalise ce qu’était cette liberté, cette insouciance. C’est la même chose pour la vie, lorsqu’un évènement ou une maladie nous rappelle la chance de cette vie, et nous rappelle que la mort n’est jamais loin.

Je ne suis pas très à l’aise pour parler de la mort et je ne l’ai jamais été, mais je saisis cette occasion pour essayer.

Il y a quelques jours je regardais à nouveau le film de guerre “Act of Valor” , à la mort d’un des personnages principaux, une lettre du Chef Tecumseh est lue au fils de ce dernier, cette lettre parle de la vie et de la mort.
Le chef Tecumseh (1768 – 1813) était un guerrier amérindien et le chef des Shawnee. Avec courage et conviction, il s’est battu pour unifier les tribus. Orateur puissant et éloquent, son poème continue de nous parler aujourd’hui avec sa sagesse intemporelle.

Vivez donc votre vie de telle sorte que la peur de la mort ne puisse jamais entrer dans votre cœur.
Ne troublez personne au sujet de sa religion ; respectez les autres pour leur point de vue
et exigez qu’ils respectent la vôtre.
Aime ta vie, perfectionne ta vie, embellis toutes les choses de ta vie.
Cherche à rendre ta vie longue et son but au service de ton peuple.

Prépare un noble chant de mort pour le jour où tu franchiras le grand fossé.
Toujours dire un mot ou faire un signe de salut quand tu rencontres ou croises un ami,
même un étranger, dans un endroit isolé.
Respecte tout le monde et ne rampe devant personne.
Quand vous vous levez le matin, remerciez pour la nourriture et pour la joie de vivre.
Si tu ne vois aucune raison de remercier, la faute n’en revient qu’à toi-même.
Ne maltraite personne ni aucune chose,
car l’abus transforme les sages en fous et prive l’esprit de sa vision.

Quand vient ton heure de mourir,
ne sois pas comme ceux dont le cœur est rempli de la peur de la mort,
de sorte que, lorsque leur heure arrive, ils pleurent et demandent un peu plus de temps
pour revivre leur vie d’une autre manière.
Chantez votre chant de mort et mourez comme un héros qui rentre chez lui.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
La version originale du poème est disponible sur ce blog : https://livingthepresentmoment.com/chief-tecumseh-a-poem-on-living/

Je trouve la fin du poème particulièrement touchante, et aussi grandissante que le témoignage de Kahn sur sa fin de vie. Lorsque l’heure de mourir arrive, il ne faut pas avoir peur et demander un sursis ; mais au contraire accepter que l’on a eu une belle vie et mourir sans regret dans la dignité – tel un héros qui retourne chez lui – . Kahn en fait aussi mention dans son interview, il s’identifie à un soldat de la vie qui meurt au combat.

Pour conclure sur une note plus gaie, je n’ai qu’un conseil, chérissez vos proches, vos amours et vos ami.e.s, et profitez de la vie et de la liberté lentement retrouvée.

I am not an alcoholic, I just live in Shanghai

J’ai découvert assez vite que cette devise se révélait exacte, cela peut paraître ridicule mais les habitants de cette ville ont une aversion particulière pour les boissons alcoolisées. Pourquoi ? D’une part on y fait beaucoup la fête, parfois du dimanche au dimanche, au tout début de mes soirées shanghaïenne on allait aux open bar du Sky avec les copains, c’est tout ce dont je me rappelle 🙈. D’autre part, il y a une forme de lassitude avec la vie là-bas, toute personne y vivant à un bar à la maison pour pouvoir se boire un bon petit verre pour oublier après le travail.

Il y a les soirées en club et les soirées au KTV dont les locaux raffolent. En général les KTV sont localisées dans des tours de bureaux, un étage leur est dédiés, on y accède via un ascenseur. Quand vous arrivez au karaoké, vous devez choisir une salle privée en fonction du nombre de personnes et de l’ambiance recherchée; puis vous passez dans la supérette du KTV pour prendre de l’alcool et de la nourriture, une hôtesses vous installe dans votre salle pour que vous puissiez sélectionner les chansons. Il y en a, heureusement, quelques unes en anglais, souvent avec des clips copiés sur MTV ou des clips que vous n’aviez jamais vu pour ces sons, la beauté du piratage. Sur la tablette qui vous sert à sélectionner les chansons, vous pouvez aussi commander de la nourriture et des boissons supplémentaires, la salle se paye à l’heure. Il n’est pas rare d’aller au karaoké avant de sortir ou même après le club 😅.

À l’époque on achetait tous des DVD piratés des derniers films sortis au cinéma, en fait, je n’ai sincèrement jamais compris comment acheter des DVD non piratés là-bas, je sais que ce n’est plus vrai aujourd’hui, de toutes manières qui regarde encore des films sur ce format… Cela avait des avantages et des inconvénients, parmi les avantages, un film pouvait sortir en salle aux USA, on était sûr de l’avoir en même temps voir parfois avant.
Si on l’avait en même temps, le film était très souvent filmé par un complice aux USA dans la salle et copié de cette manière, du coup parfois la personne bougeait un peu et le film aussi, et la qualité je vous laisse imaginer…
Si on avait l’extrême bonheur de pouvoir acheter un film avant même sa sortie en salle, il fallait accepter d’avoir les bandeaux en bas et en haut de l’image indiquant que cette copie provient de la boîte de production et est protégé par des lois fédérales. Ces films étaient vendus un peu partout dans des magasins dédiés ou sur des marchés de contrefaçons que l’on trouve un peu partout dans la ville, prix pour les étrangers 10 yuans (1€ à cette époque). Il a fallu s’en séparer au retour de Chine pour éviter d’avoir des problèmes avec les douanes 😏.

J’ai fait deux terminales au lycée français, et oui, cancre un jour, cancre toujours 🤓. Les lycées français à l’étranger en Asie ont tous 100% de réussite au bac général. Les copies sont corrigés en avance sur la France métropolitaine, entre les différents correcteurs de la zone Asie. Avec un système pareil, on peut imaginer que c’est facile de s’arranger 🤫. Pour ne pas risquer d’entacher la réputation de l’écoule et ses précieuses statistiques, qui permettent de justifier le prix exorbitant de l’enseignement, on m’a proposé en milieu de Terminale S, de repasser en 1ere ES, et de faire une Terminale ES et un bac ES l’année suivante, à l’époque j’ai dit oui, au moins j’ai pu profiter d’une année en plus là bas mais bon… c’est plutôt sympa les offres sur-mesures non ?
Les lycées français à l’étranger, c’est un peu le reflet d’une société sans mixité sociale. Les classes sont composées d’élèves dont les parents sont tous des CSP++, sauf les enfants de profs 🥲. Les classes sont rarement composée de plus de 20 élèves, les Lycée de Shanghai a la particularité d’être franco-allemand, cela lui permet de pouvoir financer son propre terrain de foot et sa piste de course de 400m, sa piscine chauffée et sa salle de théâtre/cinéma. Les équipements n’ont rien a envier à sa concurrente, l’école américaine, encore plus chère.
Je dois dire que je n’ai jamais apprécié ce manque de mixité, c’est même sûrement pour cela que j’ai refusé d’entrer dans une école post-bac type IESEG, où était tenez vous bien admis sans concours mais que sur dossier les élèves des lycées français à l’étranger, pareil pour science po on pouvait prétendre à un des campus de ScPO Paris en dehors de Paris puis finir à Paris pour son master. Pour les universités le premier choix était validé automatiquement, j’ai pour ma part souhaité aller à l’Université pour avoir une plus grande richesse humaine. Je voulais rencontré des gens que je n’aurais jamais rencontré si j’étais allé dans ces écoles pour enfant de riches. La reproduction sociale de l’élite, beurk.

La Chine au coeur de l’actualité du weekend

Les vols Air France suspendus pour deux semaines

Air France se voit punir par les autorités shanghaïennes pour avoir transporté des passagers positifs au coronavirus vers la Chine. La compagnie se voit interdite de vol entre Paris et Shanghai du 10 au 24 mai prochain. Ce n’est pas la première fois que les autorités chinoises sanctionnent la compagnie nationale, en effet, Air France a déjà été interdit de vol pendant une semaine du 23 au 29 novembre dernier.
Pour rappel les autorités chinoises condamnent à ce type de peines les compagnies aériennes si plus de 5 passagers sont positifs au covid lors de leur arrivée en Chine, et cela sur la totalité de leurs vols.
C’est à ma connaissance le seul pays à pratiquer ce genre de mesures, un comble quand on sait que le virus est originaire de Wuhan…

Le parti communiste chinoise retire un post se moquant de la situation en Inde

Le parti communiste a finalement retiré de Weibo le post qui se moquait de la situation terrible que subit l’Inde face à la recrudescence des cas de coronavirus dans le pays. Le montage photo (lien bbc) montre une fusée chinoise au décollage d’un coté et les crématoires indiens de l’autre, avec comme légende de l’image “Allumer un feu en Chine vs Allumer un feu en Inde”… Le post émane d’un compte officiel d’une agence du parti.

Démonstration de force en mer de Chine du Sud

La Chine envoie un porte-avions et sa flotte dans les mers du Sud pour un exercice militaire. À ce jour l’empire du milieu dispose de deux porte-avions dont celui déployé lors de cet exercice – le Shangdong – entré en service en 2019.

Les patrouilles de la flotte américaine dans la zone ont augmentés de 20% depuis l’élection du nouveau président américain. D’un côté les USA veulent montrer qu’ils ne laisseront pas la Chine conquérir de nouveaux territoires en mer du Sud, de l’autre la Chine semble bien décider à tenir tête aux USA dans cette zone composée de plusieurs iles et îlots disputés entre plusieurs pays, et également de Taiwan.

Ce n’est pas sans rappeler la situation politique de Hong Kong, la Chine a su mettre à profit la pandémie mondiale pour faire taire les manifestations pro-démocratie sur l’ancien territoire anglais, ainsi que pour prendre le contrôle politique et enfermer les opposants aux régimes sous couvert de sécurité nationale.
https://hongkongfp.com/2021/05/02/interview-hong-kong-is-a-city-lost-to-an-enemy-of-the-free-world-says-exiled-chinese-dissident-wuer-kaixi/