Reaching my thirties

I won’t miss my 20s, I would say those 10 years were rich in amazingly difficult situations, permanent doubt and questioning, feeling lost most of the time, pretending that everything is fine when it’s crap. Those years were like crossing Tanzania on a dirt and muddy road, with an old truck.

OMG Where to start ? I have been deflecting all the questions regarding my birthday, avoiding conversations and questions about what I should do on that particular day. Today marks a one month countdown to my birthday and I started to realize it was coming fast. ūüėĄ

To be honest, I have never been better. I feel good, confident, I have projects and goals, I am in love too. ūü•į If you had asked me the same question like – a year ago – it would have been totally different.
The past year has been an amazing improvement and I could not thank enough the people who guided me along the way. I am getting emotional to rethink about this in fact. ūü•≤
I learned to live my emotions, to sense them.
It might seem a little hard to understand or to explain, it’s very subtle. I learned to tell what was on my mind instead of keeping it. I think in a way I became more of an adult. You might think it’s a little late but I somehow never understood that I was not being totally myself before last year.

Of course I wished I had done this whole work before, but I think all paths are different and some matters take time. I guess I was not helped from where I come from, my family would not qualify as very helpful in non-concrete situations or things of the Life, however I know they would have liked to understand it better. I come from a family where silence wins over truth/reality because those subjects might make us uncomfortable.

I won’t miss my 20s, I would say those 10 years were rich in amazingly difficult situations, permanent doubt and questioning, feeling lost most of the time, pretending that everything is fine when it’s crap. Those years were like crossing Tanzania on a dirt and muddy road, with an old truck. A bit like in the TV show relating the nightmare of being a truck driver in Congo. (Youtube Link)
Oh yes I have learned a lot, and nothing scares me I have to say. I learned to plan and anticipate all kinds of situations.
I also had my good share of laughs, travel, relationships, parties. I made friends for life all around the globe. I could make a website dedicated to all the crazy situations I clumsily put myself into ūüėá.

Today, I am still not quite sure where and with whom I will celebrate my 30s, but I am confident that I will make something for my 31st ūü•≥. Any idea is welcome in the comments below.

Le cycle de la vie

Si vous √™tes comme moi, tomb√©s un peu par hasard sur l’adieu de Axel Kahn sur BFM TV, vous avez surement √©cout√©s avec attention les mots de cet homme, atteint d’un cancer incurable, parler avec s√©r√©nit√© de sa mort dans un futur proche.

Le pr√©sident de la Ligue nationale contre le cancer y aborde sa mort sans peur et sans regret, j’ai trouv√© ce t√©moignage √† la fois √©mouvant et grandissant.
Pour ceux qui voudrait une s√©ance de rattrapage, suivez ce lien vers le site de la cha√ģne.

La mort, nous y avons √©t√© confront√© depuis maintenant plus d’un an, cette √©tape de la vie qui nous paraissait √©loign√©e s’est r√©v√©l√©e √† nous avec la pand√©mie. On a red√©couvert qu’√† partir de 50 ans, on √©tait vraiment beaucoup plus √† risque de tomber malade et de mourir, et cela m√™me pour les plus jeunes. √Ä une √©poque ou l’on vit, les yeux riv√©s √† des √©crans, o√Ļ l’on a, une vie virtuelle qui nous fait finalement oublier nos soucis de la vie du quotidien, on perd parfois le sens des r√©alit√©s.
La pand√©mie et les confinements nous ont rappel√© que les petits bonheurs du quotidien que l’on ne remarquait plus, sont importants, que toutes ces soir√©es et ces diners auxquels nous allions sans m√™me plus savoir pourquoi, sont une forme de c√©l√©bration de la vie.
Ce n’est finalement que lorsque l’on est priv√© d’une libert√© qu’on r√©alise ce qu’√©tait cette libert√©, cette insouciance. C’est la m√™me chose pour la vie, lorsqu’un √©v√®nement ou une maladie nous rappelle la chance de cette vie, et nous rappelle que la mort n’est jamais loin.

Je ne suis pas tr√®s √† l’aise pour parler de la mort et je ne l’ai jamais √©t√©, mais je saisis cette occasion pour essayer.

Il y a quelques jours je regardais √† nouveau le film de guerre “Act of Valor” , √† la mort d’un des personnages principaux, une lettre du Chef Tecumseh est lue au fils de ce dernier, cette lettre parle de la vie et de la mort.
Le chef Tecumseh (1768 – 1813) √©tait un guerrier am√©rindien et le chef des Shawnee. Avec courage et conviction, il s’est battu pour unifier les tribus. Orateur puissant et √©loquent, son po√®me continue de nous parler aujourd’hui avec sa sagesse intemporelle.

Vivez donc votre vie de telle sorte que la peur de la mort ne puisse jamais entrer dans votre cŇďur.
Ne troublez personne au sujet de sa religion ; respectez les autres pour leur point de vue
et exigez qu’ils respectent la v√ītre.
Aime ta vie, perfectionne ta vie, embellis toutes les choses de ta vie.
Cherche à rendre ta vie longue et son but au service de ton peuple.

Pr√©pare un noble chant de mort pour le jour o√Ļ tu franchiras le grand foss√©.
Toujours dire un mot ou faire un signe de salut quand tu rencontres ou croises un ami,
même un étranger, dans un endroit isolé.
Respecte tout le monde et ne rampe devant personne.
Quand vous vous levez le matin, remerciez pour la nourriture et pour la joie de vivre.
Si tu ne vois aucune raison de remercier, la faute n’en revient qu’√† toi-m√™me.
Ne maltraite personne ni aucune chose,
car l’abus transforme les sages en fous et prive l’esprit de sa vision.

Quand vient ton heure de mourir,
ne sois pas comme ceux dont le cŇďur est rempli de la peur de la mort,
de sorte que, lorsque leur heure arrive, ils pleurent et demandent un peu plus de temps
pour revivre leur vie d’une autre mani√®re.
Chantez votre chant de mort et mourez comme un héros qui rentre chez lui.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
La version originale du poème est disponible sur ce blog : https://livingthepresentmoment.com/chief-tecumseh-a-poem-on-living/

Je trouve la fin du po√®me particuli√®rement touchante, et aussi grandissante que le t√©moignage de Kahn sur sa fin de vie. Lorsque l’heure de mourir arrive, il ne faut pas avoir peur et demander un sursis ; mais au contraire accepter que l’on a eu une belle vie et mourir sans regret dans la dignit√© – tel un h√©ros qui retourne chez lui – . Kahn en fait aussi mention dans son interview, il s’identifie √† un soldat de la vie qui meurt au combat.

Pour conclure sur une note plus gaie, je n’ai qu’un conseil, ch√©rissez vos proches, vos amours et vos ami.e.s, et profitez de la vie et de la libert√© lentement retrouv√©e.